Action culturelle internationale en montagne Visites de découverte des patrimoines, rencontres littéraires, éditions
2021 -  Dima Abdallah
    2021 – Saison littéraire :
    2021 – Dima Abdallah

    2021 – Dima Abdallah

    Née au Liban en 1977, Dima Abdallah arrive à Paris à l’âge de 12 ans. Fille d’un père musulman et d’une mère chrétienne non croyants dans un pays où la confession est inscrite sur les papiers d’identité, Dima Abdallah rejette toute forme d’assignation, d’appartenance à un groupe quel qu’il soit.

    Au cours de ses études d’archéologie elle se spécialise dans l’Antiquité tardive et choisit comme sujet de recherche Le partage des lieux saints par les trois communautés des gens du livre. « J’ai découvert qu’il y a eu des siècles de cohabitation parfaitement possible. Avec le recul, je me dis que j’ai voulu panser, réparer, c’est sûr. » Inspirée par une mère romancière et un père poète, elle écrit depuis toujours, dans la langue qu’elle apprend dès l’enfance à Beyrouth, le français. Autrice de textes courts et de nouvelles, elle rédige en huit mois le premier jet de ce qui deviendra Mauvaises herbes et ressent le besoin de le donner à lire à des personnes averties. Elle l’envoie à plusieurs éditeurs et Sabine Wespieser la contacte rapidement. Son premier roman sort ainsi le 27 août 2020. Quelques semaines avant sa parution, suite à la double explosion meurtrière du 4 août 2020 dans la capitale libanaise, elle est invitée par le journal Le Monde à écrire un texte. Elle signe alors un message poignant à sa ville natale : Ne t’endors pas Beyrouth, ne ferme pas les yeux.

    Mauvaises herbes

    1983, dans le Liban meurtri par la guerre civile, la jeune narratrice se réjouit de retrouver « son géant », son père venu la chercher à l’école. Ne pas se plaindre, cacher sa peur, se taire, quitter à la hâte un appartement pour un autre tout aussi provisoire jusqu’à l’exil de la famille à Paris l’année de ses douze ans, sans lui. Collégienne brillante, jeune femme en rupture de ban qui comme son père refuse toute forme d’assignation, mère à son tour, elle continuera de se réfugier auprès des arbres, des fleurs et de ses chères adventices. Sorte de huis-clos par-delà l’exil, ce récit à deux voix écrit dans une langue à la poétique magnifique est l’œuvre d’une primo-romancière en devenir.
    Mauvaises herbes a reçu le prix « envoyé par La Poste » 2020, le prix France-Liban de l’ADELF 2020, et a obtenu une mention spéciale au Prix de la littérature arabe 2020.

    Dima Abdallah est parmi les lauréats du Festival du premier roman de Chambéry, qui se tiendra du 27 au 30 mai prochains.

    Rendez-vous avec Dima Abdallah

    Mardi 25 mai – 17h • bibliothèque de Saint-Jorioz, sur inscription
    04 84 79 02 08
    Samedi 29 mai – 10h • bibliothèque de Drumettaz-Clarafond en partenariat avec Viviers-du-Lac et Mouxy
    Dima Abdallah rencontrera également une classe de lycéens d’Aix-les-Bains mercredi 26 mai.


    Couv Mauvaises herbes
    Partenaires
    logo Drac       logo conseil savoie mont-blanc        
    bdsmcage.netkinkbdsm.orgbdsmcaning.netgangbangbdsm.com