Action culturelle internationale en montagne Visites de découverte des patrimoines, rencontres littéraires, éditions
2018 - Alain Mabanckou était notre invité d'honneur des Rencontres littéraires, les 8, 9 et 10 juin à Chamonix-Mont-Blanc!

2018 - Alain Mabanckou

était notre invité d'honneur des Rencontres littéraires, les 8, 9 et 10 juin à Chamonix-Mont-Blanc!

    Les Rencontres littéraires en Savoie Mont Blanc :
    2018 – Alain Mabanckou

    2018 – Alain Mabanckou

    18es Rencontres littéraires en pays de Savoie

    Partage des lointains
    Du 8 au 10 juin 2018
    à Chamonix-Mont-Blanc et dans ses hauteurs

    Les trois journées de l’édition 2018 du Partage des lointains se sont déclinées autour du thème : « Violences et hospitalité ».
    « Comme en écho à la puissance des éléments naturels, c’est la violence du monde qui était abordée, celle dont témoignent les oeuvres des auteurs invités. Ils viennent de contrées où les violences sont familières. Mais en dépit de la violence (quelle qu’en soit la forme), leurs terres d’origines sont aussi des lieux d’hospitalité où la culture du partage et de l’accueil constitue une tradition. »
    Catherine Pont-Humbert*, programmatrice littéraire de cette 18e édition

    Autour d’Alain Mabanckou, invité d’honneur, ces rencontres ont accueilli également Wilfried N’Sondé, Evains Wêche, Saber Mansouri et Gaël Octavia. Le travail de Fabienne Brugère, qui n’avait pas pu être parmi nous, contribua à nourrir les débats.

    *Catherine Pont-Humbert est écrivain, journaliste littéraire et conceptrice de lectures musicales. Productrice à France Culture de 1990 à 2010, elle y a réalisé de nombreux documentaires et grands entretiens. Elle est l’auteure de plusieurs livres dont Carnets de Montréal (éditions du passage, 2016) et L’Âme métisse (l’Harmattan, 2018).

    Partenaires :

    logo Drac        logo conseil savoie mont-blanc  logo Chamonix-mont-blanc    logo-centre-national-du-livre 
    Meilleurs moments

    Crédits photographiques : Sandrine Pérez, Françoise Danflous, Marie Galey

    Samedi 9 juin, 9h, gare du Montenvers

    la journée commence sur le quai de la gare du Montenvers

    En route pour les hauteurs de Chamonix-Mont-Blanc

    9h30 : Lecture en altitude

    Gaël Octavia lit un extrait de « La fin de Mame Baby ».

    Lecture de Wilfried N’Sondé

    lecture sous les arbres

    « Un Océan, deux mers, trois continents ». Champ…

    Sous les mélèzes

    … et contrechamp.

    Une petite marche facile…

    marcheurs sur panorama alpin

    pour profiter du paysage

    groupe de lecteurs-randonneurs, parmi lesquels Alain Mabanckou

    Lecture d’Alain Mabanckou

    Alain Mabanckou lit un texte extrait de son oeuvre, sur fond de montagnes

    La photo de famille

    L’après-midi commence…

    Evains Wêche

    Sous les arbres du parc Couttet, Evains Wêche…

    par une sieste littéraire

    Gaël Octavia

    … et Gaël Octavia proposent des lectures rêveuses.

    Table ronde

    Alain Mabanckou, Wilfried N'Sondé et Saber Mansouri débattent

    Débat sur le thème

    avec les auteurs invités

    le public des Rencontres littéraires de la Fondation Facim

    « Violences et hospitalité ».

    18h : l’heure des signatures

    dédicace Alain Mabanckou

    à la librairie Guérin

    Dédicace Saber Mansouri

    20h30. Concert au Majestic

    ALbin de la Simone et ses musiciens

    L’Un de nous, concert acoustique et envoûtant d’Albin de la Simone et de ses musiciens

    Dimanche 10 juin : « Editeur »

    débat après le film

    Projection du film de Paul Otchakovsky-Laurens, fondateur des éditions P.O.L. En présence de Jean-Paul Hirsch

    .

    Brunch littéraire

    dédicace Alain Mabanckou

    Avec les libraires

    librairie itinérante
    lecture Alain Mabanckou

    merci aux auteurs, lecteurs, libraires, partenaires, montagnes !

    brunch au parc Couttet

    à l’année prochaine !


    Alain Mabanckou

    Alain Mabanckou, né au Congo Brazaville en 1966, passe son enfance à Pointe-Noire. Etudiant en droit à Brazzaville, puis en France à l’Université Paris-Dauphine (Paris IX), il obtient un DEA en Droit des affaires. La Lyonnaise des Eaux l’engage alors comme conseiller, poste qu’il occupera pendant une décennie.
    Parallèlement, il publie des livres de poésie puis fait paraître en 1998 son premier roman, Bleu-Blanc-Rouge, chez Présence africaine; ce livre lui vaut le Grand prix littéraire d’Afrique noire. Il bénéficie d’une résidence d’écriture aux États-Unis en 2001, démissionne de la Lyonnaise des Eaux lorsque l’Université du Michigan lui propose le poste de Professeur des littératures francophones en 2002. Il y enseigne pendant 4 ans avant d’accepter l’offre de la prestigieuse l’Université de Californie-Los Angeles, UCLA, où il enseigne depuis 10 ans au Département d’études francophones et de littérature comparée.
    Auteur de Mémoires de Porc-Epic (éditions du Seuil, prix Renaudot 2006), il publie en 2009 Black Bazar (Seuil). Suivront Demain j’aurai vingt ans, Gallimard, 2010, Petit Piment, Seuil, 2015 et en 2016 chez Grasset Le monde est mon langage. En 2012, l’Académie Française lui décerne le Prix Henri Gal pour l’ensemble de son œuvre. Nommé pour l’année 2015-2016, il est le premier écrivain invité à la chaire annuelle de Création artistique du Collège de France.

    Wilfried N’Sondé

    Né en 1968 à Brazzaville, Wilfried N’Sondé arrive en France en 1973. Il fait des études de sciences politiques à Paris avant de séjourner 25 ans à Berlin. Alors chanteur et compositeur de la scène berlinoise, il se produit régulièrement en duo avec son frère Serge N’Sondé. Il habite désormais à Paris. En 2016 il a enseigné la littérature à l’université de Berne en tant que professeur invité. Son oeuvre, éditée chez Actes Sud, est traduite aux États-Unis et en Italie. Son 1er roman Le Coeur des enfants léopards a reçu le Prix des cinq continents de la francophonie 2007 et le Prix Senghor de la création littéraire 2007. Depuis, il a publié Le Silence des esprits en 2010, Fleur de béton en 2012, Berlinoise en 2015 et en 2018 Un Océan, deux mers, trois continents.

    Fabienne Brugère

    Philosophe née en 1964, elle enseigne plusieurs années à l’Université Bordeaux Montaigne, puis rejoint l’Université Paris 8 en 2014 pour une chaire de philosophie des arts modernes et contemporains. Elle est spécialisée en esthétique, en philosophie de l’art et en philosophie morale et politique. Elle est reconnue pour ses travaux sur la question de la sollicitude (le care en anglais) et la manière dont celle-ci s’articule avec les développements de l’individualisme. Parmi ses publications : La Politique de l’individu, (Le Seuil, 2013) ; L’Éthique du « care » (collection Que sais-je ? PUF, 2017) et La Fin de l’hospitalité en collaboration avec Guillaume Le Blanc (Flammarion, 2017).

    Saber Mansouri

    Né en 1971 à Nefsa en Tunisie, Saber Mansouri vit depuis 1995 en France après avoir grandi dans sa région natale. Enseignantchercheur, helléniste et arabisant, il travaille à l’Institut Catholique de Paris. Après de nombreux essais et travaux historiques, il écrit deux romans édités par Le Seuil : Je suis né huit fois (2013) et Une Femme sans écriture (2017) dans lesquels il montre son attachement au vaste territoire géographique et historique de la Tunisie.

    Gaël Octavia

    Gaël Octavia est née en 1977 à Fort-de-France et vit à Paris. Scientifique de formation, toucheà- tout autodidacte, ses champs d’exploration sont l’écriture, la peinture, la vidéo (courts métrage de fiction). Ses pièces de théâtre, lues ou créées en France, aux États-Unis et dans les Caraïbes, sont marquées par la société martiniquaise dans laquelle elle a grandi, et questionnent des thématiques universelles telles que les migrants, l’exclusion sociale, l’identité, la condition féminine… La Fin de Mame Baby (Gallimard, 2017) est son 1er roman.

    Evains Wêche

    Né en 1980 en Haïti, il est dentiste de formation, travaille au Ministère de la santé et de la population et organise des cliniques mobiles à Jérémie, sa région natale où il exerce à temps partiel comme médiathécaire. Après la publication de nouvelles et d’articles dans diverses revues, il écrit son premier roman, Les Brasseurs de la ville, publié en 2014 chez Mémoire d’encrier et réédité chez Philippe Rey en 2016 (prix Joseph D. Charles des lycéens 2014). Il a été accueilli par la Fondation Facim pendant 10 semaines en Savoie, en résidence d’écriture.