Action culturelle internationale en montagne Visites de découverte des patrimoines, rencontres littéraires, éditions
2016 - Partage des lointains Samedi 2 juillet 2016  à Chamonix, les Rencontres littéraires célébraient les écritures du monde autour d'Hubert Haddad.
Accueil / Vie littéraire / Rencontres littéraires / 2016 – Partage des lointains

2016 - Partage des lointains

Samedi 2 juillet 2016 à Chamonix, les Rencontres littéraires célébraient les écritures du monde autour d'Hubert Haddad.

    Rencontres littéraires :
    2016 – Partage des lointains

    2016 – Partage des lointains

    Samedi 2 juillet 2016 à Chamonix

    Invité d’honneur : Hubert Haddad
    avec Ananda Devi, Mohamed Mbougar Sarr et la participation filmée de René Depestre

    Le film du 2 juillet!


    L’interview filmée de René Depestre

    Ses textes et sa voix nous ont accompagnés samedi 2 juillet sur les chemins de Chamonix; retrouvez René Depestre chez lui, où il a eu la générosité de nous recevoir pour un passionnant entretien.

    Les 16es Rencontres littéraires en Pays de Savoie nous ont emmenés dans un double voyage, sur les sentiers de Chamonix et dans les pays lointains qui inspirent nos écrivains invités. En contemplant le Mont-Blanc, trois auteurs de langue française et d’horizons multiples ont entraîné le public dans leurs voyages, leurs engagements et leurs rêves. Hubert Haddad, invité d’honneur, Ananda Devi (île Maurice) et Mohamed Mbougar Sarr (Sénégal) ont lu des extraits de leurs œuvres pendant l’emblématique promenade de la manifestation, à 2000 mètres d’altitude, tandis que René Depestre (Haïti) était présent par le biais d’un entretien filmé spécialement pour les Rencontres. L’après-midi, la pluie nous a contraints à renoncer au Parc Couttet et à nous replier dans la salle du Bicentenaire, au cœur de Chamonix, pour une table ronde prolongée par une séance dédicaces sur la terrasse de la boutique Guérin-Éditions Paulsen. Cette journée conviviale s’est terminée par une explosion d’énergie et de poésie avec le concert de Grèn Sémé, un groupe qui revisite les rythmes créoles dans des chansons-poèmes tour à tour mélancoliques et révoltées.

    Programme de la journée

    9h00 Accueil autour d’un café, place du Triangle de l’Amitié.
    Vente des billets pour la journée et le concert.

    9h30 Départ en télécabine pour Planpraz

    10h00 Promenade littéraire sur le plateau de Planpraz
    site-haddad-RL2014-Promenade litt ©Sandrine Perez (10) Itinéraire facile à 2 000 m d’altitude avec vue panoramique sur le Mont-Blanc. Durée totale marche et pauses-lecture: 2 h 30.
    Entracte gourmand avant la redescente pour la suite de la journée

    Déjeuner libre

    14h30 Conversations au Parc Couttet, à côté de la Maison des Artistes,
    84 chemin de la Tournette, Chamonix-Mont-Blanc
    Partage des lointains avec Hubert Haddad, Ananda Devi, Mohamed Mbougar Sarr et René Depestre enregistré chez lui.
    Échanges animés par Catherine Pont-Humbert, auteur et journaliste littéraire

    17h30 Signatures et vin d’honneur à la boutique Guérin / Éditions Paulsen,
    30 avenue du Mont Blanc, Chamonix-Mont-Blanc. Les signatures étaient accompagnées d’un vin d’honneur offert par les Éditions Paulsen.

    20h30 Concert à la salle du Majestic, 241 allée du Majestic, Chamonix.
    Grèn Sémé : Groupe réunionnais aux chansons-poèmes épicées de folk, jazz, électro, slam et effluves cubains. Vente de billets sur place.

    À partir de 14h30, grand stand librairie éphémère en partenariat avec la librairie Landru de Chamonix.

    couverture de la brochure


    Télécharger le programme complet

    Hubert Haddad

    Invité d’honneur :
    Hubert Haddad

    Né en 1947 à Tunis, Hubert Haddad est romancier, poète, dramaturge et essayiste.
    Il a reçu de nombreux prix littéraires, parmi lesquels le prix des Cinq Continents de la Francophonie en 2008, le prix Renaudot Poche en 2009, le prix Louis Guillou en 2013 et le Grand Prix de littérature 2013 de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son œuvre.



    Photo Grèn Sémé

    Concert de clôture :

    Samedi 2 juillet 20h30
    Majestic

    Le quintet réunionnais de Carlo de Sacco chante en français et en créole des textes inspirés, sur des mélodies métissant le slam, le maloya et l’électro. Un point d’orgue à notre Partage des lointains.
    En savoir plus>>


    affiche

    Tarifs

    La journée : plein tarif 12 €, tarif réduit * 8,50 €, gratuit – de 15 ans
    La journée + le concert : 17 €
    Le concert : plein tarif 11 €,
    tarif réduit * 5 €, gratuit – de 12 ans.

    * Tarif réduit pour les – de 26 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA et de l’AAH

    Hubert Haddad

    Poésie, roman, nouvelle, théâtre, essai, critique : Hubert Haddad travaille les genres avec un même souffle. Multiforme et engagée, son œuvre est une défense et illustration du mythe, du rêve et de la profondeur des mondes dressée contre les visions purement formelles de la littérature. Son aptitude à libérer le pouvoir de l’imagination se met en marche au contact des sujets les plus divers, puisés aussi bien dans la réalité contemporaine – le Moyen-Orient pour Palestine, l’Afghanistan pour Opium Poppy, mais aussi les progrès de la science pour Corps désirable – que dans la légende (La double conversion d’Al-Mostancir, 2003) ou le songe (Géométrie d’un rêve, 2009). Le lecteur qui s’aventure dans cette foisonnante bibliographie voyage avec bonheur du haïku (Le peintre d’éventail, 2013) au récit fantastique (Perdus dans un profond sommeil, 1986), des souvenirs d’enfance (Le camp du bandit mauresque, 2006) à l’encyclopédie à l’usage des apprentis écrivains (Le nouveau magasin d’écriture, 2006), en passant par une impressionnante série de nouvelles calibrées comme des équations – ébloui d’approcher d’aussi près le mystère de la fiction et jouissant sans remords de la victoire d’Hubert Haddad dans ce qu’il appelle « le combat de fond que l’auteur mène avec et contre la langue pour encercler un territoire inédit de la sensibilité ».*

    * Le Salon littéraire, 2013.

    Vidéo: Hubert Haddad au festival Etonnants voyageurs de Saint-Malo en 2013

    Bibliographie sélective

    Aux éditions Zulma :

    • Mā, 2015
    • Corps désirable, 2015
    • Théorie de la vilaine petite fille, 2014
    • Le Peintre d’éventail, 2013, prix Louis Guilloux et Grand Prix SGDL de la littérature
    • Nouvelles du jour et de la nuit: la nuit, 2011
    • Opium Poppy, 2011
    • Palestine, 2007, prix des cinq continents de la Francophonie et prix Renaudot poche
    • Le nouveau magasin d’écriture, 2006
    • Nouvelles du jour et de la nuit: le jour, 2001
    • L’Univers, roman dictionnaire, 1999 et 2009
    • La Condition magique, 1997, Grand Prix du roman de la SGDL

    Chez d’autres éditeurs :

    • La culture de l’hystérie n’est pas une spécialité horticole, Fayard, 2004.
    • Un rêve de glace, Albin Michel, 1974

    Des compléments de bibliographie sur le site de la Maison des écrivains

    Ananda Devi

    Née sur l’île Maurice, Ananda Devi est d’origine indienne par ses parents. Nourrie de plusieurs langues, le français, le créole, l’anglais et le telugu, elle se passionne dès l’enfance pour l’écriture. Après des études en anthropologie sociale à l’Université de Londres, elle revient à sa première passion : la littérature. Elle vit en France depuis plus de 25 ans, à Ferney-Voltaire.   Sensible à l’imbrication des identités et des langages, Ananda Devi a choisi d’écrire ses textes dans un français où le créole et l’hindi s’insèrent naturellement. Son style incisif, lyrique et pénétrant offre à la langue française de nouvelles dimensions culturelles et linguistiques. Parmi les auteurs de l’Océan Indien, Ananda Devi est considérée comme une figure centrale. A travers ses nombreux romans et nouvelles, elle offre aux lecteurs une vision de l’île Maurice moins idyllique que la vision officielle transmise aux touristes. Hantée par les questions de l’exclusion, de l’altérité, de la déviance et de la souffrance, elle dénonce le climat étouffant d’une société aux multiples cloisonnements. Par la force et la violence des mots, elle se dresse contre toute forme de rejet, composant une œuvre à la dimension tragique et poétique. En 2014, elle reçoit le Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises par l’Académie Française pour l’ensemble de son oeuvre.

    Bibliographie sélective

    • Rue la poudrière, Nouvelles Éditions Africaines, 1989
    • Le voile de Draupadi, L’Harmattan, 1993
    • Ève de ses décombres, Gallimard, 2006, prix des cinq continents de la Francophonie et prix RFO
    • Indian tango, Gallimard, 2007, sélection prix Femina et prix France Télévision
    • Le sari vert, Gallimard, 2009, prix Louis Guilloux
    • Les jours vivants, Gallimard, 2013
    • L’ambassadeur triste, Gallimard, 2015

    En savoir plus

    René Depestre

    Né en 1926 à Haïti, René Depestre se voue très jeune à la poésie et à la politique. Premier recueil en 1945, première révolte en 1946, puis la prison et l’exil, en France et à Cuba. Son travail d’écrivain et d’essayiste se construit d’abord en écho à son action militante et aux charges officielles qu’il occupe dans le gouvernement cubain, puis, après sa rupture avec le castrisme et son retour à Paris en 1971, à l’Unesco ; mais l’homme est aussi amoureux de la vie et de son pays, et notamment de son village, Jacmel, paradis enfantin à jamais perdu. Et lorsque la politique le déçoit, il s’engage plus profondément encore dans le travail poétique. Sous la bannière revendiquée du métissage, son écriture ambitieuse et sensuelle mêle la prose classique aux sonorités créoles pour dire la révolte de l’homme colonisé (Minerai noir, 1956), la farce sinistre de la dictature (Le mât de Cocagne, 1979), mais aussi l’émerveillement de l’amour (Alléluia pour une femme-jardin, 1973) ou les tragi-comiques passages de vie à trépas au pays du vaudou et des zombies (Hadriana dans tous mes rêves, 1988). C’est désormais à Lézignan-Corbières, petit village de l’Aude, que René Depestre écrit et se souvient du « roman-fleuve de [s]a traversée du vingtième siècle » ; son dernier roman, Popa Singer (mars 2016), est le récit picaresque d’un retour au pays natal au temps de Papa Doc, entre ode à une puissante figure maternelle et refus de participer à la folie du tyran. Il vient de recevoir le Grand Prix 2016 de littérature de la Société Des Gens de Lettres, pour l’ensemble de son oeuvre.

    En savoir plus

    Photo René Depestre par Nemo Perier Stefanovich-site

    Bibliographie sélective

    • Étincelles, 1945
    • Minerai noir, Présence africaine, 1956
    • Journal d’un animal marin, Gallimard, 1964
    • Le mât de Cocagne, Gallimard, 1979
    • Bonjour et adieu à la négritude, Robert Laffont, 1980
    • Alléluia pour une femme-jardin, Gallimard, 1981, prix Goncourt de la nouvelle
    • Hadriana dans tous mes rêves, Gallimard, 1988, prix Renaudot
    • Le métier à métisser, Stock, 1998
    • Rage de vivre, œuvres poétiques complètes, 2007
    • Popa Singer, Zulma, 2016

    Mohamed Mbougar Sarr

    Né en 1990, Mohamed Mbougar Sarr est l’aîné d’une famille de sept garçons. Il intègre le Prytanée militaire de Saint-Louis en 2002. Après quelques distinctions au concours général sénégalais et lors de concours continentaux, et l’obtention de son bac en 2009, il poursuit aujourd’hui ses études en France. Ses classes d’hypokhâgne et khâgne confirment son goût pour la littérature et la philosophie. Sa nouvelle La cale a reçu en 2014 le Prix Stéphane Hessel de la Jeune écriture francophone. Son premier roman, Terre ceinte, a été très remarqué et a reçu le prix Ahmadou Kourouma 2015 au salon du livre de Genève, puis le Grand prix du roman métis de Saint-Denis-de-la-Réunion. Il a passé trois mois au château des Allues en 2016 dans le cadre de la résidence d’écrivain de la Fondation Facim.

    Mohamed Mbougar Sarr en résidence d'écrivain-Fondation Facim, 2016

    Bibliographie

    • La Cale, 2014 (nouvelle)
      prix Stéphane-Hessel
    • Terre ceinte, 2015,
      Grand Prix du roman métis,
      Prix Amadou Kourouma 2015

    En savoir plus