Action culturelle internationale en montagne Visites de découverte des patrimoines, rencontres littéraires, éditions
Les Rencontres littéraires, une histoire vraie La littérature et la Fondation Facim, une histoire vraie
Accueil / Vie littéraire / Les Rencontres littéraires / Les Rencontres littéraires, une histoire vraie

Les Rencontres littéraires, une histoire vraie

La littérature et la Fondation Facim, une histoire vraie

Les Rencontres littéraires :
Les Rencontres littéraires, une histoire vraie

Les Rencontres littéraires, une histoire vraie

Depuis 2001, les Rencontres littéraires explorent les chemins contemporains de l’écriture.

De la première édition consacrée à l’auteur italien Mario Rigoni Stern en 2001 à l’édition 2017 qui a réuni Dany Laferrière, Hyam Yared et Abdourahman A. Waberi sous le signe du « Partage des lointains », les Rencontres littéraires de la Fondation Facim mettent chaque année à l’honneur des écrivains français et étrangers de premier plan.

  • 2014

    Maylis de Kerangal, six mois après la sortie de « Réparer les vivants » (Verticales), était à Chamonix-Mont-Blanc en compagnie de Jean Echenoz et d’un jeune auteur franco-vénézuélien alors presque inconnu: Miguel Bonnefoy.

    C’est à l’occasion de ces Rencontres qu’elle a publié à ce stade de la nuit dans la collection « Paysages écrits » (Fondation Facim/Guérin éditions Paulsen).

    En savoir plus>>

  • 2013

    La chartreuse d’Aillon, dans le massif des Bauges, a fourni le théâtre où résonnèrent les mots de Marie-Hélène Lafon, Fabienne Swiatly et Bérengère Cournut. Un concert de Mathieu Boogaerts concluait cette journée intitulée « Trajectoires d’écrivains », qui donnera lieu à la publication de Traversée, un texte inédit de Marie-Hélène Lafon.

    En savoir plus>>

  • 2012

    Au château de Clermont, et sous le signe du grand marcheur Jean-Jacques Rousseau, dont on célébrait en 2012 le tricentenaire de la naissance, les Rencontres littéraires 2012 se sont intéressées à la marche et au rapport à la nature dans la littérature contemporaine. Avec Stéphane Audeguy, Jocelyn Bonnerave et Céline Minard. Un inédit de Stéphane Audeguy paraissait dans la collection Paysages écrits: Opera mundi.

  • 2011

    Un autre écrivain natif de Savoie, le poète et dramaturge Fabrice Melquiot, faisait découvrir à ses lecteurs la ville de Modane, où il a passé sa jeunesse ; Braderie des ombres, le troisième titre de la collection Paysages écrits, continuait par écrit cette évocation, entre poésie et autobiographie.

  • 2010

    C’était ensuite le tour de Maryline Desbiolles de revenir en Savoie, précisément à Ugine, sa ville natale, où elle entraîna le public dans une émouvante promenade littéraire. L’inédit Je vais faire un tour était publié à cette occasion.

  • 2009

    L’aventure singulière de Georges-Arthur Goldschmidt dans les mots et la langue, depuis l’allemand jusqu’au français, marquait un tournant : pour la première fois, un texte inédit accompagnait l’événement, donnant lieu à la publication d’Une langue pour abri, premier titre de la collection Paysages littéraires.

  • 2008

    L’art dramatique occupait encore les Rencontres en 2008, avec deux dates composant deux actes de représentations et lectures des textes de Valère Novarina, interprétés par des acteurs d’exception.

  • 2007

    Les Rencontres rendaient hommage à Charles Dullin, « L’inoublié », fondateur du Théâtre de l’Atelier, dans sa ville natale de Yenne.

  • 2006

    Plusieurs écrivains et artistes entouraient John Berger, à la Chartreuse de Mélan à Taninges, pour des tables rondes et des expositions interdisciplinaires.

  • 2005

    L’année suivante, des Rencontres intitulées « Journalisme et Beaufortain » réunissaient le public pour une « leçon de journalisme » autour des figures d’Hubert Beuve-Méry, Pierre Fournier et Roger Frison-Roche.

  • 2004

    A La Motte-Servolex, différents spécialistes parlaient de George Sand, liée à la Savoie par un récit se déroulant sur les bords du lac du Bourget.

  • 2003

    La Maurienne accueillait des Rencontres littéraires consacrées à François Taillandier, qui y a placé un de ses romans, et à la mémoire de deux autres hommes de lettres de la vallée : Dom Bernardet (1903-1978) et Père Guichardan – alias Jacques Ouvrard, auteur de romans policiers (1906-1985).

  • 2002

    A Gilly-sur-Isère, nous évoquions Paul Pilotaz, romancier discret originaire de l’endroit et grand ami de Jean Pauhlan, le directeur de la Nouvelle revue française.

  • 2001

    C’est le grand écrivain italien Mario Rigoni Stern, disparu en 2008, qui a inauguré les Rencontres littéraires en septembre 2001 au col du Petit Saint-Bernard, sur les lieux où, jeune soldat de l’armée italienne, il avait combattu en 1940.